« Défendre la raison en de sombres temps », une conférence de Christian Godin

Mis en ligne le Posted on par admin

_img_4582Le 7 novembre, le Cercle invitait le philosophe Christian Godin pour une conférence publique à l’ESPE.

Le texte de cette conférence sera publié intégralement dans le prochain livret du cercle.
En substance :

 « La philosophie des Lumières a fait de la raison une valeur centrale ; elle a réalisé partiellement ses idéaux de démocratie et d’éducation dans une large partie du Monde. Mais force est de constater qu’elle a aussi rencontré d’épouvantables trahisons, barbarie, crimes contre l’humanité, mais aussi destruction de l’environnement, … qui font douter que le progrès puisse être la loi de l’histoire. Les croyances et les émotions concurrencent la raison… Mais il ne faut pas baisser les bras ! Les idéaux des lumières sont toujours d’actualité, ils ne sont jamais achevés ! »

« Ce qui rassemble, ce qui divise les hommes », une nouvelle publication de notre cercle

Mis en ligne le Posted on par admin

Depuis sa création en 1991, le Cercle Condorcet de Clermont-Ferrand publie périodiquement un livret de réflexions sur un sujet choisi par ses membres à l’issue de longs débats. Ces sujets s’inscrivent toujours dans les préoccupations qui affleurent dans l’actualité, et qui entrent dans son champ de vigilance : la citoyenneté, les valeurs de la République, l’éducation pour tous.
livretLe thème du présent livret a résulté d’une synthèse de plusieurs questions qu’il fut décidé de traiter comme autant d’approches complémentaires d’une question commune : ce qui rassemble et/ou divise les Hommes. Il s’agirait de questionner et si possible d’éclairer le rôle des religions, des cultures, des langues, et autres facteurs potentiels dans les difficultés (ou pas) du « vivre ensemble ». L’actualité, dans notre pays comme ailleurs dans le monde, et les interprétations courantes donnent à penser qu’il pourrait même s’agir d’obstacles. Les faits dramatiques de cette année 2015 ont renforcé l’urgence d’une meilleure compréhension de ces phénomènes.

L’ambition de notre cercle est d’instruire le sujet, en toute modestie, en référence aux principes humanistes que nous défendons. Ainsi, les productions de chacun ont été soumises à la discussion des membres du cercle ; un comité de lecture a veillé à la cohérence d’ensemble, tout en respectant l’originalité des investigations et des formes d’expression de chaque contributeur.

A plusieurs reprises, le sujet est apparu très vaste, mais au final, une grande convergence s’est opérée autour de la question posée, quand les différents facteurs étudiés sont apparus moins comme des causes d’union ou division, que comme instruments au service de pouvoirs qui les utilisent habilement.
A bien des égards, les propos tenus dans ce livret vont à l’encontre d’opinions les plus largement diffusées.

Comme président du cercle depuis fin 2014 seulement, je tiens à remercier particulièrement le précédent président, mon ami Alain Bandiera qui a pris une part importante dans la démarche suivie et le contenu même de ce livret. Je situe mon rôle dans la continuité de celui qu’il a assuré pendant près de dix ans ; et je salue et remercie également les anciens présidents, Gérard Chanel, Jean Ehrard qui restent membres du cercle et continuent à apporter leur contribution et leur vigilance.
Des remerciements particuliers vont également à Huguette Rubio, vice-présidente, qui une fois encore a assuré la collecte et la mise en forme des contributions.

Enfin, cette publication reçoit le soutien financier du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme, ce qui en permet la diffusion mais constitue avant tout un encouragement. Que le président et les élus départementaux en soient ici remerciés.

Puisse le présent livret être une ressource argumentaire utile aux acteurs de la vie publique, à ceux de nos associations laïques réunies au sein de la Ligue de l’Enseignement, aux acteurs de l’éducation.

Pierre Miele,
president du cercle

Pour consulter le livret,
cliquer ici

« La question de l’islam aujourd’hui en France », une conférence d’Abdenour Bidar

Mis en ligne le Posted on par admin

Abdenour BidarQuelques membres de notre cercle ont suivi, avec intérêt, la conférence donnée par Abdennour Bidar  le 14 novembre 2014, à l’Ecole de droit de Clermont-Ferrand.
Philosophe spécialiste de l’islam, Abdennour Bidar est membre de l’Observatoire de la laïcité et chargé de mission auprès du Ministère de l’Education Nationale pour la pédagogie de la laïcité. Il a contribué à la rédaction de la « Charte de la laïcité ».

La présence massive et visible de l’islam conduit notre société toute entière à s’interroger sur elle-même et les musulmans à s’interroger sur eux-mêmes : tel est le point de départ de la réflexion proposée. Abdennour Bidar constate que la société française (et occidentale) est en crise et que le monde musulman est également en crise : de part et d’autre, les « valeurs » sont ébranlées et ne sont plus partagées ; le drame est que chacun voit en l’autre l’image de sa propre crise et l’accuse d’en être la cause.
Il faut sortir de cette logique d’accusation réciproque, admettre que chaque partie a un riche héritage à préserver, et s’interroger de part et d’autre sur les valeurs qui rassemblent vraiment encore aujourd’hui au sein du monde occidental comme au sein de l’islam, et celles qu’il serait possible de partager avec les autres. Autrement dit : quelle est la voie entre fidélité et mouvement ? ou encore, quelles sont les valeurs candidates à l’universalité ?
Concernant la « laïcité » à la française, il fait observer qu’elle ne fait pas consensus : c’est même devenu un instrument de division, « un nuage noir » ; d’où la nécessité de la Charte et des explications qu’il est redevenu indispensable de transmettre par l’école de la République.
Concernant l’islam, il fait observer qu’il n’est pas homogène dans le monde, que la colonisation a provoqué en son sein une « crise abyssale » (wahhabisme, salafisme, kemalisme…) et que les musulmans en France n’ont pas tous les mêmes compréhensions ni les mêmes degrés de pratique religieuse.
A partir d’exemples concrets, il montre que le « vivre ensemble » suppose que chacun ne conserve de ses traditions que ce qui est acceptable par l’autre, sans pour autant y renoncer à titre privé : c’est par exemple s’abstenir d’afficher en public son appartenance religieuse ; cela n’implique pas de renoncer à cette appartenance.
Il invite à puiser dans les histoires séculaires des uns et des autres et à « fabriquer du commun ».

En complément de ce résumé, on pourra lire lire ce texte magistral qui situe l’homme et sa pensée : « lettre ouverte au monde musulman »
http://blog.oratoiredulouvre.fr/2014/10/tres-profonde-lettre-ouverte-au-monde-musulman-du-philosophe-musulman-abdennour-bidar/