Nouvelle publication du Cercle : « L’Europe entre désir et réalité »

Mis en ligne le Posted on par Pierre MIELE

Le Cercle Condorcet de Clermont-Ferrand a consacré ses réunions et ses travaux de la saison 2018-2019 à une réflexion sur l’état de Union Européenne. Les contributions individuelles, présentées et questionnées en séance, ont été réunies dans le 19ème cahier du Cercle.

A lire ou télécharger sur le site du Cercle de Clermont-Fd

Introduction

Pierre Miele

«  La réalité c’est qu’il y a aujourd’hui en moyenne dans les différents pays de l’Union européenne (UE), entre 15 % et 25 % d’anti-européens ; à l’autre extrême, peut-être 15 % à 20 % de « proeuropéens » traditionnels et raisonnables, de centre gauche ou de centre droit ; sans doute guère plus de 1 % de vrais européistes fédéralistes ; et, entre les deux, une majorité d’environ 60 % d’eurosceptiques (au sens vrai : dubitatifs), d’Européens déçus ou devenus allergiques.
Année après année, chaque élection, nationale ou européenne, référendum, référendum consultatif, sans parler des études et sondages, confirme ce décrochage des peuples. [..]. L’UE est donc un organisme affaibli, miné de l’intérieur. [..]
Le décrochage des peuples a été longtemps nié par des dirigeants qui ont de plus en plus peur des peuples entraînés par de mauvais bergers « populistes ».

Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères
Tribune dans Le Monde du 16 juin 2016
«Il faut un compromis historique entre les élites et les peuples pour relancer le projet européen»

Le diagnostic de cet éminent spécialiste qu’est Hubert Védrine résume le point de départ de nos interrogations et la volonté des membres du Cercle Condorcet de rechercher des explications à cette situation, dans un objectif de lucidité.

On se souvient de la campagne proeuropéenne orchestrée par les medias qui avait précédé le référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne qui fut cependant rejeté.

La même connivence a ensuite accompagné le contournement de ce rejet par le Traité de Lisbonne ; on la retrouve dans la présentation caricaturale qui est faite de toute tentative de critique intellectuelle ou plus politique du fonctionnement de l’UE, et de toute proposition visant à l’améliorer de manière significative. L’emploi abusif généralisé du mot « populisme » en est un signe.

L’analyse et les propositions d’Hubert Védrine dans l’article cité ci-dessus puis d’autres ultérieurement, échappent très heureusement à cette complaisance, ce qui nous autorise, s’il en était besoin, à y échapper également.

Dans une première partie, seront d’abord précisés le fonctionnement de l’Union Européenne aujourd’hui, dans ses aspects institutionnels, l’enchainement des traités qui à partir de 1945 ont constitué autant d’étapes de cette construction et de l’intégration progressive des 28 Etats, et une histoire plus que millénaire d’événements qui s’apparentent à une émergence de l’idée d’Europe unie.

La seconde partie sera consacrée à l’étude critique, et aux écarts entre les intentions déclarées et la réalité constatée. L’Union Européenne issue du traité de Lisbonne n’est qu’une forme de cette union : en quoi répond-elle ou pas aux aspirations des peuples et qu’est-ce qui suscite et peut légitimer leur décrochage constaté. La « raison économique » est au centre de cette analyse critique ; et le fonctionnement « démocratique » lui apparaît soumis. L’humanisme des Lumières trouve-t-il son compte ?

C’est dans cette partie que nous traitons du « populisme » vocable qui semble servir à désigner toute forme d’opposition, en distiguant le concept des usages qui en sont faits.

La troisième partie fait le point sur quelques dossiers précis auxquels nous sommes attachés : la laïcité, la place des femmes, la culture, illustrant le faible engagement européen sur les questions sociétales.

La question migratoire et la question de l’environnement sont deux sujets majeurs, au cœur du projet européen et de son avenir, et cruciaux au regard de l’humanisme. Evoqués en permanence dans nos discussions, ces immenses chantiers jugés encore trop peu à notre portée n’ont pas pu, à notre grand regret, être traités dans le cadre de ce travail.

Enfin, en annexe est inséré le compte-rendu d ‘une conférence invitée dont le propos a été une source d’un stimulant débat. Ce résumé, validé par le conférencier, François Robinet, peut être complété par une lecture de son ouvrage « Les Traités contre la démocratie ».