Un nouveau livret : « Défendre la raison en de sombres temps »

Mis en ligne le Posted on par admin

Ce 17ème livret est consacré à la défense de la raison contre les formes de pensée qui s’opposent à elle et semblent parfois triompher…

Le sujet a été choisi début 2016 dans le contexte des attentats liés à l’islamisme radical, et celui de la progression du Front National confirmée par les résultats des élections régionales (*). De quoi susciter un questionnement de fond sur les modes de pensée qui guident les comportements tant des individus que ceux des groupes, et même des Etats. D’autres événements, survenus depuis, en ont renforcé l’urgence : réactions à l’accueil des migrants, attaques contre la laïcité, perversion de la démocratie en France et en Europe par ceux qui ont en charge de la faire respecter, inégalités de plus en plus criantes, élection de Trump…

Il y a là une mise en danger, qu’on espère partielle et momentanée, des valeurs héritées des Lumières.


Le livret peut être consulté et téléchargé sur le site Cliquer ici


La Raison mise en échec ?

La Raison s’oppose à des modes de pensée qui lui résistent :

  • l’instinct (réflexes, pulsions),
  • la passion (émotions, sentiments, intimes convictions),
  • les explications magiques
  • les « vérités » révélées ;
  • la soumission aux dogmes (pressions, influences, pouvoirs)

Sans doute faut-il savoir identifier chacune de ces formes de pensée et comprendre le mode opératoire de ceux qui les propagent pour mieux s’en protéger.

Mais la Raison comporte aussi des limites en quelque sorte intrinsèques, liées aux capacités humaines et à la possibilité de l’exercer en situation. Elle s’exerce dans le cadre d’un système de pensée qui peut être ignoré ou contesté.

Ainsi la Raison est au cœur du système de pensée des Lumières qui prend comme vérités premières les principes de la Charte des Droits de l’Homme et du Citoyen et du bien commun, d’où sont déduites les lois de la République par la règle de non contradiction.

A cet égard, Condorcet n’a pas seulement posé des bases théoriques, il a aussi défini des conditions pratiques de leur mise en œuvre dans une société pour que celle-ci soit gouvernée dans le respect de la Raison, c’est-à-dire avec le souci premier du bien commun : une République de citoyens, avec une école publique qui formerait des citoyens éclairés.

Ces idéaux de démocratie et d’éducation ont été réalisés dans une large partie du Monde. Mais force est de constater que d’épouvantables trahisons, barbarie, crimes contre l’humanité, mais aussi destruction de l’environnement, … ont de quoi faire douter.

Il nous faut donc aussi, peut-être même  avant tout, comprendre le fonctionnement de la raison elle-même, ses limites, ses possibles faiblesses, les espaces qu’elle offre aux autres formes de pensée.

Tout cela est et doit rester au cœur de l’apprentissage, et c’est bien le rôle de notre école : continuer à défendre la raison, dans le respect des consciences et de la liberté de jugement qu’exige notre laïcité.

Une production du groupe

Depuis sa création en 1993, le Cercle Condorcet de Clermont-Ferrand publie régulièrement un livret de réflexions sur un thème choisi par ses membres parmi ceux que l’actualité met à l’ordre du jour, concernant la vie citoyenne, les valeurs de la République, l’éducation, l’école.

L’ambition du Cercle est d’instruire le sujet, en référence aux principes humanistes que nous défendons, et d’outiller la réflexion des citoyens auxquels il s’adresse.

Le Cercle s’efforce de croiser les approches scientifiques, politiques et médiatiques afin de dégager quelques clés à l’usage des éducateurs et de tous ceux qui oeuvrent au « vivre ensemble ».

Pour ce livret, comme pour les livrets précédents, des membres du Cercle se sont proposés pour étudier un aspect du sujet ; ils ont présenté le fruit de leurs travaux au cours d’une des réunions mensuelles du groupe, pour discussion. Le résultat est un ensemble de productions écrites, revues par un comité de lecture qui a veillé à la cohérence d’ensemble tout en respectant l’originalité des travaux et des modes d’expression de chacun. Le présent livret s’enrichit du compte-rendu d’une conférence du philosophe Christian Godin qui a bien voulu nous apporter son éclairage.


Le livret peut être consulté et téléchargé sur le site Cliquer ici


Résumés des contributions

La raison dans les dictionnaires – Dany Hadjadj

Un examen de la notion de « raison « , à travers les divers usages du mot et leur évolution, dans les principaux dictionnaires de langue du français, du XVIIème au XXème siècle, constitue un préalable indispensable à nos réflexions.

La raison au cœur de l’humanisme – Roland Ferrandon

Les penseurs humanistes qui mettent l’homme au centre de leur réflexion ont été amenés à considérer que c’est essentiellement grâce à sa pensée, à sa raison, qu’il est parvenu à la fois à s’améliorer lui-même et à améliorer la société. Cette recherche humaniste ne s’est pas faite sans contestations et oppositions ; elle suscite encore de nos jours des doutes et des remises en cause.

Des modes de pensée qui se heurtent – Michel Amrein

L’homme ne peut rester sans réponse devant certaines questions fondamentales ; d’où, malgré les progrès de la connaissance, une persistance d’un empire polymorphe de croyances. Elles réfèrent à une pensée magique et/ou religieuse et relèvent d’une rationalité subjective- pseudo-rationalité- qui s’oppose à la rationalité objective. Cette dernière  est l’apanage de la raison dont la laïcité est entre autres l’héritière. C’est la cohabitation difficile entre ces deux rationalités qu’il convient d’évoquer en lien avec la question : comment les fondamentaux de la laïcité sont-ils questionnés, voire mis à mal, par l’essor de la pensée  magico-religieuse ; comment y remédier ?

Défendre la raison en de sombres temps – Christian Godin

La philosophie des Lumières a fait de la raison une valeur centrale ; elle a réalisé partiellement ses idéaux de démocratie et d’éducation dans une large partie du Monde. Mais force est de constater qu’elle a aussi rencontré d’épouvantables trahisons, barbarie, crimes contre l’humanité, mais aussi destruction de l’environnement, … qui font douter que le progrès puisse être la loi de l’histoire. Les croyances et les émotions concurrencent la raison… Mais il ne faut pas baisser les bras ! Les idéaux des Lumières sont toujours d’actualité, ils ne sont jamais achevés ! 

Que peut l’école – Pierre Miele

L’école a en charge l’instruction qui outille la raison par les connaissances transmises et la formation du raisonnement. Mais la connaissance inclut les obstacles à la connaissance que sont l’erreur, l’oubli, l’illusion, ainsi que la complexité et l’incertitude des situations réelles. L’apprentissage est un franchissement de ces obstacles, qui n’est jamais total et définitif ; instruit, l’individu n’est cependant pas infaillible ; mais il est lucide et donc responsable. L’instruction ainsi entendue est et doit être la priorité de l’école.

La raison à travers l’histoire : échec ou utopie ? – Guy Cagniant

Billet d’humeur…

Les parois des cavernes préhistoriques témoignent déjà des inquiétudes et des questions qui ont traversé l’histoire et continuent à agiter l’humanité. Raison et croyances ont toujours été en concurrence pour répondre à ces questions !

C’est ainsi que les religions, l’économie, l’évolution même des sciences vers une complexité toujours plus grande, ont compromis l’exercice de la raison. Exposé aux manipulations de toutes sortes, à la désinformation, l’homme succombe à l’émotion au détriment de la lucidité.

La dictature du capitalisme, les servitudes et toutes les précarités qu’il entraîne, et ce « retour du religieux » à l’œuvre dans les intégrismes qui sèment la violence et la terreur, sont des fléaux de notre monde contemporain. Peut-on croire encore au pouvoir de l’école ?