Dossier violence (2bis) : A propos de violences policières

Mis en ligne le Posted on par Pierre MIELE

Pierre Miele, décembre 2020

Une mobilisation citoyenne contre la loi de sécurité globale peut être observée… Le refus de la violence des autorités est une tendance sociétale de fond qu’il n’est pas possible d’ignorer : celle de l’Etat, après celle du mari, du père, de l’enseignant, du prêtre… Les graves « bavures policières » de ces derniers temps ont renforcé cette mobilisation et l’hostilité de la population à l’égard de ce qui apparaît comme une nouvelle étape dans une dérive de la fonction policière avec  le recours à la violence.

Sûreté ou sécurité : de la confusion des buts

La Police est nécessaire à la république, comme le stipulent la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789  (article 12) : « La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée. » et la Déclaration universelle des droits de l’Homme (ONU, 1948, article 3) « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. » La police républicaine a pour mission première d’assurer la sûreté, c’est-à-dire la protection des personnes pour le respect de leurs droits quand ceux-ci  sont menacés ; et non pas la sécurité comme protection a priori des biens des personnes ou des institutions. C’est bien la dérive qu’opèrent les politiques sécuritaires de ces dernières décennies (caméras de surveillance, contrôles d’identité, fichage, …, armes et armures anti-manifestants ).

Continuer la lecture de « Dossier violence (2bis) : A propos de violences policières »